• La rédaction Photo Actus

Nikon va cesser de produire des Reflex : voici pourquoi

Cela fait quelques jours, suite à la publication d'un article qui a fait beaucoup parler, qu'on parle de la possibilité pour Nikon de se retirer totalement du segment des reflex et de se concentrer sur les appareils hybrides (sans miroir).


Ça n'est pas réellement une surprise puisque cela suit l'évolution logique du marché. Voici ce qu'il faut savoir.


Nikon arrête les reflex

Une actualité démentie maladroitement par Nikon


Il y a deux jours, le Nikkei, le principal journal financier du Japon, a publié cet article intitulé "Nikon met fin au développement des appareils photo reflex pour passer aux appareils sans miroir.".


Nikon a immédiatement tenté de nier cette intention par une note officielle et en rassurant ses fidèles que rien ne changera à court terme... mais il est évident que ce n'est pas le cas. Et il ne faut pas s'en inquiéter plus que ça !


Il y a une erreur fondamentale dans l'article du Nikkei et je veux la signaler tout de suite parce que c'est une erreur commune qui est toujours répétée dans les pages de nombreuses autres publications : les smartphones ne sont pas la cause de ces choix.


Il serait bon d'arrêter avec ces comparaisons, avec la pensée que les smartphones sont le problème pour les mauvais résultats financiers des géants de la photographie.


Comme nous l'avons déjà écrit à plusieurs reprises sur notre blog de photographie, les mauvais résultats proviennent en grande partie d'une stratégie "old school" des fabricants (on peut aussi parler de Canon, Fuji, Olympus, Pentax) qui ont cru qu'ils pouvaient encore fonctionner comme il y a 20 ans, alors que le monde de la photographie a évolué.


Nikon ferme des usines et arrête la production de certains modèles


Cela dit, revenons à Nikon. L'entreprise procède à un dégraissage nécessaire : après le coup de pompe de 45 % annoncé lors de l'assemblée des actionnaires en novembre 2020, elle a fermé sa filiale malaisienne mais, surtout, a débranché l'usine historique de Sendai. C'est un peu un coup au cœur, car c'est ici, en 1979, que le premier Nikon EM a été assemblé. Nostalgie mise à part, le grand plan commençait à prendre forme. En 2021, ce sont les reflex d'entrée de gamme tels que les D3500 et D5600 qui en ont fait les frais, et au début de cette année, c'est le D500 qui devait en faire les frais, devenant presque introuvable. Et qu'en est-il du haut de gamme, du professionnel ? Soyons honnêtes, le dernier fleuron de Nikon était le D5 ; aussi nouveau que soit le D6, il n'a pas fait avancer la barre et peu de professionnels sont passés d'un modèle à l'autre... peut-être en attendant que quelque chose change. Les dates et les annonces ne peuvent pas être mal comprises.


La myopie ? Loin de là. Entre-temps, Nikon s'est lancé dans le seul segment capable de capter l'attention et l'envie du public : les appareils photo mirrorless. Qu'on le veuille ou non, les chiffres du CIPA parlent d'eux-mêmes.


Rien qu'en 2020, les revenus des Mirrorless ont dépassé ceux des reflex, avec respectivement 2,93 millions contre 2,37 millions d'unités livrées.

Rien qu'au Japon, l'année suivante, le marché des appareils hybrides a augmenté de 31 % pour atteindre 324,5 milliards de yens, tandis que le marché des appareils reflex a diminué de 6 % pour atteindre 91,2 milliards de yens. D'ici 2022, les appareils photo sans miroir représenteront la moitié des revenus d'une entreprise comme Nikon.


Ces années ont vu naître des modèles Full Frame comme les Z6 et Z7 et des modèles APS-C comme les Z50, Z fc et Z30 jusqu'à l'héritier de ce D5 appelé Nikon Z9, l'état de l'art de ce que la technologie peut faire aujourd'hui. Un modèle qui a laissé tout le monde sans voix, presque inattendu.


Dans le même temps, le parc d'objectifs de la monture Z s'enrichit d'objectifs capables de satisfaire les professionnels comme les amateurs. Pourquoi ce choix ? Parce que si l'on devait continuer à produire des produits de la technologie Reflex, il faudrait renoncer à produire un produit sans miroir. Pourquoi devrais-je construire un nouveau Dx et ne pas le vendre ? Pourquoi concentrer les investissements sur un segment qui, un jour, très bientôt, mourra irrémédiablement ?


Attention, cela ne veut pas dire que Nikon ne soutiendra pas ceux qui ont encore un reflex. Comme l'entreprise l'a déjà souligné à plusieurs reprises, cela ne fera jamais défaut, tout comme le soutien ne fera pas défaut. La seule chose qui manquera, très probablement, sera les nouveaux modèles.


Nikon était le sujet principal. Mais ces considérations s'appliquent également à Canon. Ce sont des sociétés qui ont marqué l'histoire de la photographie, les seules à avoir joué à armes égales dans le segment des reflex professionnels.


Même Canon a déjà annoncé en décembre 2021 que l'EOS-1D X Mark III serait son dernier fleuron dans la famille des Reflex.

Canon a également comblé l'écart avec la concurrence avec son EOS-R, avec EOS R5 et EOS R6, récemment EOS R7 et EOS R10 jusqu'au fleuron EOS R3. Voir notre comparatif des appareils numériques.


Cela revient à dire que oui, Nikon abandonne lentement le segment Reflex et bien que la société cherche à démentir ces rumeurs, c'est un passage difficile mais logique auquel il faudra faire face. Peut-être pas aujourd'hui, peut-être pas demain, peut-être pas dans un mois. Mais tôt ou tard, ça arrivera. Et Canon fera de même. Les nostalgiques, ceux qui n'adopteront pas le système sans miroir, par rejet ou pour des raisons de préférences techniques, devront se contenter des anciens modèles !


Comme la transition de l'argentique vers le numérique, celle des reflex vers le "sans miroir" est indéniable.


Si cet article vous a plus, n'hésitez pas à le partager.